Travaillant dans la Méditerranée, plus que jamais

La Méditerranée est, actuellement, confrontée à de grands défis dans divers domaines, pour lesquels il s'avère indispensable de créer des espaces de coordination et de réflexion. Notre zone géographique doit, dans un premier temps, relever le défi de la croissance socio-économique, qui a besoin d'être soutenue en mettant l'accent sur l'innovation et en favorisant l'emploi des jeunes, afin de créer une économie durable basée sur la mobilité professionnelle et l'innovation. Un défi de taille pour nos territoires et nos citoyens et un droit à l'échelle européenne. La capacité de répondre au changement climatique constitue un autre challenge important pour la Méditerranée, une question qui demande un travail considérable de coordination stratégique, dans le but de pallier ses effets et d'élaborer une stratégie d'adaptation solide et efficace sur nos territoires. En outre, il faut garder à l'esprit que nos territoires devront être capables de trouver des opportunités au-delà des problèmes liés à la crise des réfugiés et de l'immigration. Il convient, pour ce faire, d'avoir une approche à long terme de la crise de l'immigration, en travaillant en faveur de l'insertion et de l'intégration des personnes réfugiées au sein de nos sociétés.

Dans un tel contexte, les gouvernements locaux de ce territoire doivent établir différentes priorités, d'une part, travailler en synergie dans l'objectif de créer des espaces de coopération qui permettent de mettre en commun tant les expériences que les stratégies à l'initiative de nos administrations et, d'autre part, développer des actions conjointes qui donnent de la visibilité à la dimension méditerranéenne au sein de l'Europe. 

En ce sens, l'Arc Latin souhaite devenir une plate-forme commune qui permette aux administrations locales d'élaborer des projets et de mener à bien des actions politiques s'appuyant sur le développement durable des territoires et le bien-être des citoyens au sein de l'espace méditerranéen.

Dans cette perspective, je suis convaincu que l'une de nos priorités doit consister, avant tout, à agir de manière constructive au profit d'une coopération interne de nos territoires. Entreprendre et stimuler des espaces de travail conjoint fondés sur la synergie des zones métropolitaines et urbaines, périurbaines et rurales, qui nouent des relations de valeur entre les différentes communes  est le grand défi que nous devons pouvoir gérer de manière à assurer un développement durable dans les domaines économique, social et environnemental.

Il convient également de tenir compte du fait que les territoires périurbains et les zones urbaines intermédiaires, tout comme les territoires ruraux, jouent un grand rôle au sein de la Méditerranée en termes démographiques et productifs, un fait non seulement singulier qui doit être préservé mais aussi un facteur identitaire à mettre en valeur pour la croissance économique et sociale de nos territoires.

Dans cette optique, travailler en réseau ne signifie pas uniquement se limiter à la collaboration entre gouvernements locaux et intermédiaires, mais, plus particulièrement, avoir la volonté de construire le dialogue et de coopérer à l'échelle méditerranéenne, dans un tout plus vaste, en resserrant les liens de coopération avec les municipalités, les zones métropolitaines et les régions, afin de construire, à différents niveaux, la masse critique nécessaire pour donner la parole à nos territoires au sein de l'Europe.

La Méditerranée est, actuellement, confrontée à de grands défis dans divers domaines, pour lesquels il s'avère indispensable de créer des espaces de coordination et de réflexion. Notre zone géographique doit, dans un premier temps, relever le défi de la croissance socio-économique, qui a besoin d'être soutenue en mettant l'accent sur l'innovation et en favorisant l'emploi des jeunes, afin de créer une économie durable basée sur la mobilité professionnelle et l'innovation. Un défi de taille pour nos territoires et nos citoyens et un droit à l'échelle européenne. La capacité de répondre au changement climatique constitue un autre challenge important pour la Méditerranée, une question qui demande un travail considérable de coordination stratégique, dans le but de pallier ses effets et d'élaborer une stratégie d'adaptation solide et efficace sur nos territoires. En outre, il faut garder à l'esprit que nos territoires devront être capables de trouver des opportunités au-delà des problèmes liés à la crise des réfugiés et de l'immigration. Il convient, pour ce faire, d'avoir une approche à long terme de la crise de l'immigration, en travaillant en faveur de l'insertion et de l'intégration des personnes réfugiées au sein de nos sociétés.

 

Dans un tel contexte, les gouvernements locaux de ce territoire doivent établir différentes priorités, d'une part, travailler en synergie dans l'objectif de créer des espaces de coopération qui permettent de mettre en commun tant les expériences que les stratégies à l'initiative de nos administrations et, d'autre part, développer des actions conjointes qui donnent de la visibilité à la dimension méditerranéenne au sein de l'Europe. 

 

En ce sens, l'Arc Latin souhaite devenir une plate-forme commune qui permette aux administrations locales d'élaborer des projets et de mener à bien des actions politiques s'appuyant sur le développement durable des territoires et le bien-être des citoyens au sein de l'espace méditerranéen.

 

Dans cette perspective, je suis convaincu que l'une de nos priorités doit consister, avant tout, à agir de manière constructive au profit d'une coopération interne de nos territoires. Entreprendre et stimuler des espaces de travail conjoint fondés sur la synergie des zones métropolitaines et urbaines, périurbaines et rurales, qui nouent des relations de valeur entre les différentes communes  est le grand défi que nous devons pouvoir gérer de manière à assurer un développement durable dans les domaines économique, social et environnemental.

 

Il convient également de tenir compte du fait que les territoires périurbains et les zones urbaines intermédiaires, tout comme les territoires ruraux, jouent un grand rôle au sein de la Méditerranée en termes démographiques et productifs, un fait non seulement singulier qui doit être préservé mais aussi un facteur identitaire à mettre en valeur pour la croissance économique et sociale de nos territoires.

 

Dans cette optique, travailler en réseau ne signifie pas uniquement se limiter à la collaboration entre gouvernements locaux et intermédiaires, mais, plus particulièrement, avoir la volonté de construire le dialogue et de coopérer à l'échelle méditerranéenne, dans un tout plus vaste, en resserrant les liens de coopération avec les municipalités, les zones métropolitaines et les régions, afin de construire, à différents niveaux, la masse critique nécessaire pour donner la parole à nos territoires au sein de l'Europe.

Share |
Questo sito utilizza diversi tipi di cookie, tra cui quelli di profilazione (propri e di altri siti) per inviarti pubblicità in linea con le tue preferenze manifestate nell'ambito della navigazione in rete. Se vuoi saperne di più o negare il consenso a tutti o ad alcuni cookie clicca qui. Se accedi a un qualunque elemento sottostante questo banner acconsenti all'uso dei cookie.
OK